Home

Résultats 1 - 10 sur un total d'environ 62,667 pour accidents. La recherche a pris 0.831 seconde(s).  
Trier par date/Trier par pertinence
L’Union Internationale des Transports Routiers (IRU), représentant les opérateurs de camions, d’autobus, d’autocars et de taxis par le biais de ses 180 membres présents dans 74 pays sur les 5 continents, Considérant que : La Charte de l’IRU pour la sécurité routière a été adoptée à l’unanimité et signée par toutes les Associations membres de l’IRU lors du 29ème Congrès mondial de l’IRU du 22 au 24 avril 2004 à Yokohama ; La sécurité routière a toujours été, est et restera une priorité pour l’industrie des transports routiers, et que pour tout professionnel digne de ce nom, chaque accident est un accident de trop ; Le secteur des transports routiers s’est engagé à éviter toute souffrance humaine causée par les accidents et considère en ce sens que la prévention des accidents est une priorité absolue ; Les performances des véhicules utilitaires en matière de sécurité routière se sont considérablement améliorées ces dernières années, tant au niveau du nombre d’accidents que de leur gravité ; Les autobus et autocars sont le mode de transport de personnes le plus sûr ; L’implication d’un véhicule utilitaire dans un accident ne signifie pas qu’il en est la cause, et que l’on ne dispose que de très peu de statistiques spécialisées sur les accidents de véhicules utilitaires et d’encore moins d’informations sur la cause de ces accidents ; Les résultats d’études scientifiques telles que l’étude sur les causes d’accidents de camions en Europe (ETAC) soulignent que la principale cause de ces accidents est due à « l’erreur humaine » (85,2%). D’autres facteurs, tels que les conditions climatiques (4,4%), l’état de l’infrastructure (5,1%) ou les dysfonctionnements techniques du véhicule (5,3%) ne jouent qu’un rôle mineur ; Les recommandations de l’étude ETAC soulignent que le transfert de connaissances et la formation, comme le propose l’Académie de l’IRU, sont essentiels pour cibler 2 efficacement la principale cause de tous les accidents et réduire ainsi de façon significative le nombre d’accidents de la route ; L’assistance au conducteur, par le biais de systèmes de sécurité actifs et passifs sur les véhicules, constitue un outil essentiel pour améliorer la sécurité routière. (...) Compte tenu de ce qui précède et considérant le fait que la Présidence de l’IRU s’est engagée, le 24 février 2010, à consacrer 2 millions de dollars à la mise en œuvre de projets adaptés en vue de renforcer la sécurité du transport routier commercial, à condition que cet engagement important de la profession soit appuyé par des partenaires crédibles actifs dans la promotion de la sécurité routière ou par les bailleurs de fonds internationaux, l’industrie des transports routiers, représentée par l’IRU et ses Associations membres, appelle l’ensemble de ses partenaires publics et privés à : Introduire sur une base volontaire - avant qu’ils ne deviennent obligatoires -, des systèmes de sécurité actifs et passifs efficaces et reconnus, tels que le système de détection de dérive de la trajectoire, le système avancé de freinage d’urgence et le programme de stabilité électronique ; Identifier les principales causes d’accidents de véhicules utilitaires, en soutenant les études sur les causes d’accidents qui suivent la méthodologie de l’ETAC et qui contribuent à renforcer la sécurité routière en ciblant véritablement les principales causes d’accidents ; Soutenir et promouvoir les normes efficaces, harmonisées et reconnues sur le plan international pour les formations des professionnels du transport routier, qui ont été élaborées par l’Académie de l’IRU, adoptées par la Banque mondiale, le Forum international des transports, la Commission économique des Nations-Unies pour l’Europe, la Commission européenne, la Fédération européenne des travailleurs des transports et la Fondation européenne pour la formation et sont soutenues par l’Organisation internationale du travail ; 3 Coopérer avec l’IRU, ses Associations membres et les entreprises pour atteindre les objectifs ambitieux de réduction du nombre d’accidents au niveau national, en proposant des formations aux conducteurs de véhicules utilitaires et aux cadres du secteur du transport routier commercial. * * * * *
Langue:Français
Ponctuation: 713820.95 - https://www.un.org/esa/dsd/res...fs/csd-18/csd18_2010_bp2_f.pdf
Source de données: un
Polurotov Fait 3: La limitation de la vitesse permet de réduire le nombre d’accidents de la circulation Du fait de l'augmentation de la vitesse moyenne, la probabilité d'un accident de la route augmente également ainsi que la gravité et les conséquences en cas d'accident. Une augmentation de 1 km/h de la vitesse moyenne d'un véhicule entraîne une augmentation de 3% de l'incidence des accidents entraînant des traumatismes et une augmentation de 4 à 5% de l'incidence d'accidents mortels. (...) Doan Fait 4: L’alcool au volant accroît les risques d’accident L'alcool au volant accroît de manière spectaculaire le risque d'accident, lorsque l'alcoolémie est supérieure à 0,05 g/dl.
Langue:Français
Ponctuation: 710867.24 - https://www.who.int/features/factfiles/roadsafety/fr/
Source de données: un
Avec les experts de la sécurité routière, ils ont pour but d'attirer l'attention sur l'augmentation phénoménale du nombre des accidentés de la route ces dernières années. En 2000, les accidents de la route ont fait 1,2 million de morts, ce qui en fait la neuvième cause de mortalité. (...) Les statistiques montrent que, dans certains pays, un lit d'hôpital sur 10 est occupé par une victime d'un accident de la route. Même si les habitants des pays industrialisés possèdent plus de voitures que ceux des pays en développement, les études révèlent qu'en 2000, 90 % des décès dus aux accidents de la route ont eu lieu dans les sociétés à revenu faible ou moyen. (...) Par exemple, en Thaïlande, l'introduction d'une nouvelle loi sur le port du casque a permis de réduire les accidents mortels de 56 %; au Danemark, une meilleure gestion de la circulation et la construction de pistes cyclables a permis de réduire les accidents de 35 %; et en Europe de l'Ouest, on estime que la réduction de la vitesse moyenne de 5 km/h pourrait permettre une réduction des accidents mortels de 25 %.
Langue:Français
Ponctuation: 708815.1 - https://www.un.org/french/pubs...ique/2003/numero2/0203p78.html
Source de données: un
Les accidents de la circulation, qui entraînent la mort de près de 1,3 million de personnes chaque année dans le monde, sont la dixième cause de décès à l’échelle de la planète. En outre, plus de 90 % des accidents, mortels et non mortels, surviennent dans les pays à revenu faible ou intermédiaire et, au niveau mondial, les accidents de la circulation sont maintenant la première cause de décès chez les jeunes de 15 à 29 ans. (...) Les accidents de la route peuvent être évités. Des preuves irréfutables montrent que les accidents de la route, mortels et non mortels, peuvent être évités.
Langue:Français
Ponctuation: 706405.03 - https://www.who.int/roadsafety...ction/toolkit/key_messages/fr/
Source de données: un
– 1 – Séminaire ONU/OCDE sur l’explosion survenue en 2020 dans le port de Beyrouth : Enseignements, expériences et bonnes pratiques à retenir pour gérer les risques liés au stockage, à la manutention et au transport du nitrate d'ammonium en zone portuaire, prévenir les accidents et en atténuer les conséquences - Ordre du jour - En ligne, 14 décembre 2021 Partie 1 : 12h00-14h00 (CET) Modération : Michael Struckl, président du Groupe consultatif pour le séminaire, vice-président du bureau de la Convention de la CEE-ONU sur les accidents industriels (Autriche) Partie 2 : 14h30-16h30 (CET) Modération : Torill Tandberg, présidente du bureau de la Convention de la CEE-ONU sur les accidents industriels et membre du bureau du Groupe de travail de l’OCDE sur les accidents chimiques (Direction de la protection civile, Norvège) Introduction 12h00 – 12h10 Allocutions de bienvenue Dmitry Mariyasin, Secrétaire exécutif adjoint de la CEE-ONU Michael Struckl, président du Groupe consultatif pour le séminaire, vice-président du bureau de la Convention de la CEE-ONU sur les accidents industriels (Autriche), modérateur de la partie 1 12h10 – 12h15 Déclaration du Liban Zahi Chahine, directeur de l’unité Gestion nationale des risques de catastrophe auprès de la présidence du Conseil des ministres, Liban 1. Nitrate d'ammonium et ammonitrates, accidents impliquant du nitrate d'ammonium et enseignements tirés 12h15 – 12h25 Caractéristiques et types de nitrate d'ammonium et d'ammonitrate Heike Michael-Schulz, Institut fédéral de recherches et d'essais sur les matériaux (BAM), Allemagne 12h25 – 12h35 Enseignements tirés des accidents passés impliquant du nitrate d'ammonium ou des ammonitrates Maureen Wood, Bureau des risques d’accident majeur du Centre commun de recherche de la Commission européenne 12h35 – 12h45 L’explosion survenue dans le port de Beyrouth Enquête vidéo produite par Forensic Architecture 12h45 – 12h55 Questions-réponses avec les intervenants de la partie 1 : prière d'adresser les questions par chat 2. (...) Conclusions et clôture 15h50 – 16h20 Discussion en panel Modération : Rachel McCann, présidente du Groupe de travail de l’OCDE sur les accidents chimiques (Health and Safety Executive, Royaume-Uni de Grande-Bretagne et d’Irlande du Nord) 16h20 – 16h30 Synthèse du séminaire : leçons, défis et pistes pour l’avenir Torill Tandberg, présidente du bureau de la Convention de la CEE-ONU sur les accidents industriels et membre du bureau du Groupe de travail de l’OCDE sur les accidents chimiques (Direction de la protection civile, Norvège), modératrice de la partie 2 L’organisation de ce séminaire est possible grâce aux contributions financières du ministère français de la Transition écologique et du ministère fédéral allemand de l’Environnement, de la Protection de la nature et de la Sûreté nucléaire.
Langue:Français
Ponctuation: 703666.4 - https://unece.org/sites/defaul...port%20explosion-Agenda-FR.pdf
Source de données: un
Les Signataires de la Convention sur les effets transfrontières des accidents industriels (Convention sur les accidents industriels) et les Parties à la Convention sur la protection et l’utilisation des cours d’eau transfrontières et des lacs internationaux (Convention sur l’eau) ont donc décidé de coopérer sur des questions relatives à la prévention de la pollution accidentelle des eaux transfrontières. (...) Compte tenu des résultats de l’atelier, il a été proposé, à la septième réunion des Signataires de la Convention sur les accidents industriels (13-15 mai 1998), d’établir un groupe mixte d’experts de l’eau et des accidents industriels au titre des deux Conventions. (...) ECE/MP.WAT/2009/L.3 4 GE.09-23648 Annexe Projet de stratégie pour le Groupe mixte d’experts de l’eau et des accidents industriels I. Mission 1. Le Groupe mixte d’experts de l’eau et des accidents industriels a pour mission d’aider les Parties à la Convention sur les effets transfrontières des accidents industriels (Convention sur les accidents industriels) et à la Convention sur la protection et l’utilisation des cours d’eau transfrontières et des lacs internationaux (Convention sur l’eau) à mettre au point et appliquer des mesures visant à renforcer la prévention et la préparation face à la pollution accidentelle de l’eau dans un contexte transfrontière. 2.
Langue:Français
Ponctuation: 702775 - https://unece.org/fileadmin/DA...p_wat/ECE_MP.WAT_2009_L3_f.pdf
Source de données: un
Le présent rapport a été établi en prévision de la quatrième réunion de la Conférence des Parties à la Convention sur les effets transfrontières des accidents industriels (Convention sur les accidents industriels) et de la quatrième Réunion des Parties à la Convention de la CEE sur la protection et lutilisation des cours deau transfrontières et des lacs internationaux (Convention sur leau). I. CONTEXTE 3. Les accidents industriels majeurs peuvent avoir des effets transfrontières de grande ampleur et entraîner une pollution accidentelle des eaux. (...) Le Groupe a considéré que lefficacité des mesures dintervention à la suite dun accident industriel dépendait souvent de celle des systèmes dalarme et dalerte rapide.
Langue:Français
Ponctuation: 701314.36 - https://unece.org/fileadmin/DA...06/wat/ece.mp.wat.2006.7.f.pdf
Source de données: un
Il faut renforcer la coopération sur le terrain en matière de prévention des accidents transfrontières, de lutte contre ces accidents et d’atténuation de leurs effets. Les cadres existants que sont la Convention sur les accidents industriels et la Convention sur l’eau sont d’une grande pertinence à cet égard. 8. (...) Le Protocole a ceci de particulier qu’il vise spécialement l’impact à l’échelle transfrontière des accidents industriels sur les eaux transfrontières.
Langue:Français
Ponctuation: 694488.43 - https://unece.org/fileadmin/DA...belgrade.conf.2007.inf.2.f.pdf
Source de données: un