Home

Résultats 1 - 10 sur un total d'environ 5,748 pour facial rejuvenation. La recherche a pris 2.436 seconde(s).  
Trier par date/Trier par pertinence
DRAFT REPORT : OPEN-ENDED WORKING GROUP ON AGEING, 7TH WORKING SESSION, NEW YORK, 12-15 DECEMBER 2016
À sa 1re séance, le 12 décembre, le Groupe de travail a décidé que les organisations non gouvernementales ci-après pourraient participer à ses travaux : Age International CareRights COCAEL Community Hive Organisation DroItS huMains Océan Indien Gerontoplus Gramin Vikas Vigyan Samiti International Association for Hospice & Palliative Care International Association of Homes & Services for the Ageing International Association of World Peace Advocates International Longevity Centre New World Hope Organization Old Generation Rejuvenation Ashram Pramacare RAS Outreach Wellness Programme for the Aged Seniors Rights Service Tsao Foundation Uganda Reach the Aged Association Yemi Age Nigeria Foundation A/AC.278/2016/L.2 3/3 16-21893 F.
Langue:Français
Ponctuation: 1417771.7 - https://daccess-ods.un.org/acc...en&DS=A/AC.278/2016/L.2&Lang=F
Source de données: ods
IMPACT OF NEW TECHNOLOGIES ON THE PROMOTION AND PROTECTION OF HUMAN RIGHTS IN THE CONTEXT OF ASSEMBLIES, INCLUDING PEACEFUL PROTESTS :REPORT OF THE UNITED NATIONS HIGH COMMISSIONER FOR HUMAN RIGHTS
Enregistrer, analyser et conserver les images faciales d’un individu sans son consentement revient à s’ingérer dans l’exercice de son droit à la vie privée. Lorsque la reconnaissance faciale est utilisée lors de rassemblements, cette immixtion s’opère à grande échelle et de manière non ciblée, vu qu’il s’agit de capturer et de traiter les images faciales de toutes les personnes saisies par une caméra couplée ou connectée à un système de reconnaissance faciale. 34. (...) De plus, les gouvernements qui continuent d’utiliser l’enregistrement audiovisuel et la reconnaissance faciale devraient mettre en place une réglementation assortie de dispositions propres à garantir la protection effective des données à caractère personnel, y compris des images faciales et des données tirées de celles-ci.
Langue:Français
Ponctuation: 1271429.7 - https://daccess-ods.un.org/acc...get?open&DS=A/HRC/44/24&Lang=F
Source de données: ods
WRITTEN SUBMISSION BY THE UNITED KINGDOM OF GREAT BRITAIN AND NORTHERN IRELAND: EQUALITY AND HUMAN RIGHTS COMMISSION (EHRC) - NOTE BY THE SECRETARIAT
This experiment found that “almost all Facebook users shown adverts for mechanics were men, while ads for nursery nurses were seen almost exclusively by women.”23 Schona Jolly QC assessed the experience and stated: “Facebook’s system itself may, and does appear to, lead to discriminatory outcomes”.24 Automated facial recognition in the gig economy There is increasing concern that facial recognition software may be placing people from ethnic minority groups at a disadvantage in the gig economy. (...) Drivers from ethnic minority backgrounds have failed the facial recognition check, and been unable to work as a result. (...) Communication de la Commission pour l’égalité et les droits de l’homme du Royaume-Uni de Grande-Bretagne et d’Irlande du Nord* Note du secrétariat Report of the EHRC in response to the thematic report on the effects of artificial intelligence on the enjoyment of the right to privacy – Report of the United Nations High Commissioner for Human Rights Automated facial recognition (AFR) in policing
Langue:Français
Ponctuation: 1222277.9 - https://daccess-ods.un.org/acc...t?open&DS=A/HRC/48/NI/9&Lang=F
Source de données: ods
FIRST DAY OF ISSUE : AIDS AWARENESS ; AND, SWITZERLAND : NEW MEMBER OF THE UNITED NATIONS / BERTRAND JUPPIN DE FONDAUMIERE, DIRECTOR, DIVISION OF ADMINISTRATION
Les timbres seront emis en trois monnaies faciales des timbres sont Fr.s. 1,30, US$ 0,70 dans les valeurs faciales des timbres sont US$ 0,43 et Euro 0,51+0,25= Euro 0,76 . (...) Le 24 octobre 2002, I’Administration postale des Nations Unies emettra egalement un timbre ordinaire « La Suisse - Nouveau membre de I’ONU » avec la valeur faciale de Fr.s. 3,00 commemorant I’adhesion de la Suisse en tant que nouveau membre des Nations Unies. 8.
Langue:Français
Ponctuation: 1175529.8 - https://daccess-ods.un.org/acc...en&DS=IC/GENEVA/2002/43&Lang=F
Source de données: ods
WRITTEN SUBMISSION BY THE STATE OF THE UNITED KINGDOM: EQUALITY AND HUMAN RIGHTS COMMISSION (EHRC) AND THE NORTHERN IRELAND HUMAN RIGHTS COMMISSION (NIHRC) - NOTE BY THE SECRETARIAT
Policing, data retention, and facial recognition technology Following EHRC’s submission to the UN Special Rapporteur on the Right to Privacy, the ECtHR has ruled on Catt v the United Kingdom. 19 The ECtHR found that the UK Government violated the right to privacy (Article 8 ECHR) of the applicant and while there was a pressing need to collect the personal data about the applicant, there was no pressing need to retain it. (...) The use of automated facial recognition in policing, and its impact on privacy rights, has become an increasing concern in recent years. In August 2020, the Court of Appeal found that there were ‘fundamental deficiencies’ in the legal framework governing the use of automated facial recognition, and that its use was in breach of the right to privacy (Article 8 ECHR), the Data Protection Act 2018 and the Public Sector Equality Duty.20 The Information Commissioner’s Office (ICO) has previously stated 21 that data protection law sets high standards in relation to the use of Live Facial Recognition (LFR) in a law enforcement context and when used in public places.
Langue:Français
Ponctuation: 1162089.8 - https://daccess-ods.un.org/acc...t?open&DS=A/HRC/47/NI/2&Lang=F
Source de données: ods
CONTINGENT LIABILITY RESERVE FOR THE UNITED NATIONS POSTAL ADMINISTRATION : REPORT OF THE SECRETARY-GENERAL
Il s’agit généralement de négociants locaux en timbres-poste qui peuvent acquérir des timbres de l’ONU à un prix inférieur à la valeur faciale ou de petites entreprises qui peuvent acheter des timbres de l’ONU auprès de ces négociants à un prix également inférieur à la valeur faciale. (...) En acquérant ces timbres, les expéditeurs annoncent qu’ils les achèteront à un prix équivalent à 50-60 % de leur valeur faciale. 5. Au cours des cinq dernières années, l’APNU a réalisé un chiffre d’affaires brut de 39,1 millions de dollars.
Langue:Français
Ponctuation: 1123192.5 - daccess-ods.un.org/acce...sf/get?open&DS=A/61/295&Lang=F
Source de données: ods
nations UNIES ST Se
Independance - Timor oriental Le 20 mai 2002, 1'APNU emettra une serie commemorative de six timbres sur le theme « Independance - Timor oriental ». Les valeurs faciales des tim­ bres sont Fr.s. 0,90 et 1,30, US$ 0,34 et 0,57, Euro 0,51 et 1,09. (...) Les timbres seront emis en trois monnaies (US dollars, francs suisses et Euro) . Les valeurs faciales des timbres sent Fr.s. 0,70 et 1,20, US$ 0,34 et 0,80, Euro 0,22 et 0,51.
Langue:Français
Ponctuation: 1119822.8 - https://daccess-ods.un.org/acc...en&DS=IC/GENEVA/2002/23&Lang=F
Source de données: ods
VISIT TO CHINA :REPORT OF THE INDEPENDENT EXPERT ON THE ENJOYMENT OF ALL HUMAN RIGHTS BY OLDER PERSONS
Moreover, she is extremely grateful for the opportunity to meet and engage in Shenzhen with technology companies and researchers working on automation and machine learning, as well as on emerging assistive technologies and other relevant themes pertaining to the digitalization of health and care services for older persons, using integrated big data computing, artificial intelligence and facial recognition technologies. 3. The Independent Expert expresses her sincere gratitude to the Government for its cooperation in ensuring the success of the visit. (...) Smart control through recognition technologies, either facial or voice, is a central feature of smart environments and smart ageing devices. Facial recognition or voice control can help older persons, who grew up in a pre-d
Langue:Français
Ponctuation: 1116013.3 - https://daccess-ods.un.org/acc...en&DS=A/HRC/45/14/ADD.1&Lang=F
Source de données: ods
THE RIGHT TO PRIVACY IN THE DIGITAL AGE :REPORT OF THE UNITED NATIONS HIGH COMMISSIONER FOR HUMAN RIGHTS
En outre, la technologie de reconnaissance faciale peut être utilisée pour profiler des individus sur la base de leur ethnie, de leur race, de leur origine nationale, de leur sexe et d’autres caractéristiques46. 27. (...) Les systèmes de reconnaissance des émotions faciales partent du principe qu’il est possible de déduire automatiquement et systématiquement l’état émotionnel des êtres humains à partir de leurs expressions faciales, 41 Contribution de Tech Hive Advisory Limited. (...) Les chercheurs ont trouvé que l’association entre les émotions et les expressions faciales était peu concluante 52 et ont souligné que les expressions faciales variaient selon les cultures et les contextes53, ce qui rendait la reconnaissance des émotions susceptible d’être biaisée et mal interprétée.
Langue:Français
Ponctuation: 1098476.4 - https://daccess-ods.un.org/acc...get?open&DS=A/HRC/48/31&Lang=F
Source de données: ods
RIGHT TO PRIVACY IN THE DIGITAL AGE :DRAFT RESOLUTION / ALBANIA, ARGENTINA, AUSTRIA, BELGIUM, BOSNIA AND HERZEGOVINA, BRAZIL, BULGARIA, CHILE, CROATIA, CYPRUS, CZECHIA, DENMARK, ECUADOR, ESTONIA, FINLAND, GERMANY, GREECE, HUNGARY, ICELAND, IRELAND, ITALY, LATVIA, LIECHTENSTEIN, LITHUANIA, LUXEMBOURG, MALTA, MEXICO, MONACO, MONTENEGRO, NETHERLANDS, NORTH MACEDONIA, PERU, POLAND, PORTUGAL, ROMANIA, SAN MARINO, SLOVAKIA, SLOVENIA, SPAIN, SWEDEN, SWITZERLAND, TUNISIA, UKRAINE AND URUGUAY
Nations Unies A/HRC/48/L.9/Rev.1 Assemblée générale Distr. limitée 7 octobre 2021 Français Original : anglais A/HRC/48/L.9/Rev.1 2 GE.21-14142 Prenant note du Plan d’action de coopération numérique du Secrétaire général, lancé en juin 2020, Réaffirmant le droit à la vie privée, en vertu duquel nul ne peut être l’objet d’immixtions arbitraires ou illégales en lien avec son domicile ou sa correspondance ou dans sa vie privée et sa vie familiale, et le droit à la protection de la loi contre de telles immixtions, et conscient que l’exercice du droit à la vie privée est important aux fins de la réalisation d’autres droits de l’homme, dont le droit à la liberté d’expression, le droit de ne pas être inquiété pour ses opinions et le droit à la liberté de réunion pacifique et d’association, et qu’il est l’un des fondements d’une société démocratique, Sachant que le droit à la vie privée peut permettre l’exercice d’autres droits et le libre développement de la personnalité et de l’identité de l’individu, et qu’il peut donner à chacun la possibilité de participer à la vie politique, économique, sociale et culturelle, Affirmant qu’il faut également protéger en ligne les droits dont toute personne jouit hors ligne, notamment le droit à la vie privée, et notant que la synchronisation accélérée des espaces en ligne et hors ligne peut avoir des conséquences pour les individus, notamment pour l’exercice de leur droit à la vie privée, Notant que les processus décisionnels algorithmiques ou automatisés en ligne peuvent porter atteinte à la jouissance des droits de la personne hors ligne, Conscient de la nécessité de continuer d’examiner et d’analyser, à la lumière du droit international des droits de l’homme, les questions liées à la promotion et à la protection du droit à la vie privée à l’ère du numérique, aux garanties procédurales, aux voies de contrôle et de recours internes et aux incidences de la surveillance sur l’exercice du droit à la vie privée et d’autres droits de l’homme, ainsi que de la nécessité de tenir compte des principes d’absence d’arbitraire, de licéité, de légalité, de nécessité et de proportionnalité en ce qui concerne les pratiques de surveillance, et d’envisager d’éventuels effets discriminatoires, Notant que le rythme soutenu des avancées technologiques permet à chacun, partout dans le monde, d’utiliser les technologies de l’information et des communications, accroît dans le même temps les moyens dont disposent les pouvoirs publics, les entreprises et les particuliers pour mener des activités de surveillance et intercepter, pirater et collecter des données, ce qui peut aboutir à des violations des droits de l’homme ou à des atteintes à ces droits, notamment le droit à la vie privée, et est donc un motif de préoccupation croissante, Notant également qu’à l’ère du numérique, les violations du droit à la vie privée et les atteintes à ce droit peuvent toucher tout un chacun et avoir des conséquences particulières pour les femmes, les enfants, les personnes handicapées et les personnes âgées, ainsi que pour les personnes en situation de vulnérabilité et les groupes marginalisés, Notant en outre que les femmes et les filles sont victimes de violations du droit à la vie privée et d’atteintes à ce droit qui sont fondées sur le sexe, en ligne comme hors ligne, ainsi que de violations ou d’atteintes qui ont des répercussions particulières selon le sexe, Considérant que la promotion, la protection et le respect du droit à la vie privée sont essentiels pour prévenir la violence, y compris les violences sexuelles et fondées sur le genre, les mauvais traitements et le harcèlement sexuel, en particulier contre les femmes, les enfants et les personnes handicapées, ainsi que toutes les formes de discrimination, qui peuvent se produire dans l’espace numérique et en ligne, et qui comprennent la cyberintimidation et le cyberharcèlement, Sachant que les droits de l’homme doivent être pris en considération dans la conception, l’élaboration, l’utilisation, le déploiement et le développement ultérieur des technologies nouvelles et émergentes, telles que celles qui font appel à l’intelligence artificielle, car elles peuvent, en l’absence de garanties appropriées, avoir des répercussions sur l’exercice du droit à la vie privée et d’autres droits de l’homme, et considérant que l’on peut et doit écarter ou réduire au minimum le risque qu’il soit porté atteinte à ces droits, notamment en prenant des mesures pour garantir une infrastructure de données de haute qualité, qui soit sûre, transparente, responsable et sécurisée, en exerçant la diligence voulue pour évaluer, prévenir et atténuer les effets négatifs sur les droits de l’homme, en assurant A/HRC/48/L.9/Rev.1 GE.21-14142 3 des recours utiles, notamment judiciaires, et des mécanismes de réparation, et en instaurant des dispositifs de contrôle humain, Conscient que, malgré ses effets positifs, l’utilisation de l’intelligence artificielle qui nécessite le traitement d’importants volumes de données, souvent personnelles, notamment de données sur le comportement, les relations sociales, les activités politiques, les préférences personnelles et l’identité d’une personne, peut faire peser de graves risques sur le droit à la vie privée, notamment lorsque cette technologie est utilisée à des fins d’identification, de localisation, de profilage, de reconnaissance faciale et de reconnaissance des émotions, de prédiction des comportements ou d’évaluation des personnes, Soulignant que les préoccupations concernant le respect de la vie privée ne sauraient être simplement considérées comme un obstacle à l’innovation, Notant que l’utilisation de l’extraction des données et des algorithmes pour cibler le contenu en fonction des internautes peut porter atteinte au pouvoir d’action de ceux-ci et à l’accès à l’information en ligne, ainsi qu’au droit à la liberté d’opinion et d’expression, Notant également que le public s’inquiète du caractère intrusif et de l’incidence des pratiques de collecte de données, des effets et des torts causés par la surveillance, ainsi que de l’utilisation croissante d’algorithmes dans le cadre de l’application des systèmes d’intelligence artificielle, Notant avec préoccupation que certains algorithmes prédictifs peuvent être source de discrimination lorsque des données non représentatives sont utilisées, Considérant qu’il convient d’éviter, aux stades de la conception, de l’élaboration, du développement, du déploiement et de l’utilisation des technologies numériques nouvelles et émergentes, que celles-ci aient d’éventuels effets discriminatoires, notamment sur le plan racial, Prenant note avec inquiétude des informations selon lesquelles les technologies de reconnaissance faciale sont moins précises pour certains groupes, en particulier les personnes non blanches et les femmes, notamment lorsque des données de formation non représentatives sont utilisées, relevant que l’utilisation des technologies numériques peut reproduire, renforcer et même exacerber les inégalités raciales et constatant, dans ce contexte, l’importance de recours utiles, Considérant que, si les métadonnées peuvent apporter des avantages, certains types de métadonnées peuvent aussi, par agrégation, révéler des informations personnelles tout aussi sensibles que le contenu même des communications et donner des indications sur le comportement, notamment les déplacements, les relations sociales, les activités politiques, les préférences personnelles et l’identité de particuliers, Conscient qu’il faut veiller à ce que le droit international des droits de l’homme soit respecté lors de la conception, de l’élaboration, du développement, du déploiement, de l’évaluation et de la réglementation des technologies fondées sur les données et à ce que ces technologies soient assorties des garanties nécessaires et soumises à un contrôle adéquat, Constatant avec inquiétude que souvent, les personnes ne donnent pas ou ne peuvent pas donner expressément leur consentement libre et éclairé à la collecte, au traitement et au stockage ou à la réutilisation, la vente et la revente de leurs données personnelles, eu égard au fait que la collecte, le traitement, l’utilisation, le stockage et l’échange des informations personnelles, y compris d’informations sensibles, se sont beaucoup développés à l’ère du numérique, Notant en particulier que la surveillance des communications numériques doit être conforme aux obligations internationales relatives aux droits de l’homme et reposer sur un cadre juridique accessible à tous, clair, précis, complet et non discriminatoire, et qu’aucune limitation du droit à la vie privée ne doit être arbitraire ou illicite, ni déraisonnable au regard des objectifs légitimes poursuivis, et rappelant que les États parties au Pacte international relatif aux droits civils et politiques doivent faire le nécessaire pour adopter, selon qu’il convient, des mesures d’ordre législatif ou autre propres à donner effet aux droits reconnus dans le Pacte, A/HRC/48/L.9/Rev.1 4 GE.21-14142 Soulignant que la surveillance et l’interception illicites ou arbitraires des communications et la collecte illicite ou arbitraire de données personnelles ou le piratage illicite ou arbitraire et l’utilisation illicite ou arbitraire des technologies biométriques sont des activités éminemment intrusives qui constituent une violation du droit à la vie privée ou une atteinte à ce droit, sont susceptibles de porter atteinte à d’autres droits de l’homme, notamment le droit à la liberté d’expression et le droit de ne pas être inquiété pour ses opinions, ainsi que le droit à la liberté de réunion pacifique et d’association, et peuvent être contraires aux principes d’une société démocratique, notamment lorsqu’elles sont pratiquées en dehors du territoire national ou à grande échelle, Constatant avec une profonde inquiétude que, dans de nombreux pays, il est fréquent que les personnes et les organisations qui œuvrent à la promotion et à la défense des droits de l’homme et des libertés fondamentales, les journalistes et les autres professionnels des médias fassent l’objet de menaces et de harcèlement, se trouvent en situation d’insécurité ou soient l’objet d’immixtions illicites ou arbitraires dans leur vie privée en raison de leurs activités, Constatant également avec une profonde inquiétude que des acteurs privés ou publics se servent d’outils technologiques créés par l’industrie de la surveillance privée pour exercer des activités de surveillance, pirater des dispositifs et des systèmes, intercepter et perturber des communications, et recueillir des données, ce qui constitue une immixtion dans la vie professionnelle et privée de particuliers, notamment de personnes qui œuvrent à la promotion et à la défense des droits de l’homme et des libertés fondamentales, de journalistes et autres professionnels des médias, ainsi qu’une violation des droits de l’homme de ces personnes ou une atteinte à leurs droits, en particulier à leur droit à la vie privée, Rappelant que les entreprises sont tenues de respecter les droits de l’homme, comme le prévoient les principes intitulés « Principes directeurs relatifs aux entreprises et aux droits de l’homme : mise en œuvre du cadre de référence “protéger, respecter et réparer” des Nations Unies », et que c’est à l’État qu’il incombe au premier chef de promouvoir et de protéger les droits de l’homme et les libertés fondamentales, et saluant les travaux du Haut-Commissariat des Nations Unies aux droits de l’homme sur l’application de ces principes aux technologies numériques, Soulignant qu’à l’ère du numérique, les moyens techniques visant à préserver la confidentialité des communications numériques, notamment les moyens de chiffrement, de pseudonymisation et de préservation de l’anonymat, ont de l’importance au regard de l’exercice des droits de l’homme, en particulier le droit à la vie privée, le droit à la liberté d’opinion et d’expression et le droit à la liberté de réunion pacifique et d’association, Notant qu’il importe de protéger et de respecter le droit des personnes à la vie privée lors de la conception, de l’élaboration ou du déploiement de technologies permettant de faire face aux catastrophes, aux épidémies et aux pandémies, tout particulièrement à la pandémie de maladie à coronavirus (COVID-19), y compris de technologies de notification d’exposition et de recherche des contacts, Notant également que les technologies numériques nouvelles et émergentes peuvent contribuer à la lutte contre la pandémie de COVID-19, et rappelant à cet égard qu’il importe de protéger les données relatives à la santé, tout en notant avec préoccupation que certains efforts de lutte contre la pandémie de COVID-19 ont une incidence négative sur l’exercice du droit à la vie privée, 1. (...) Rappelle également qu’en l’absence de garanties suffisantes, les technologies nouvelles et émergentes, telles que celles qui sont développées dans les domaines de la surveillance, de l’intelligence artificielle, de la prise de décisions automatisée, de A/HRC/48/L.9/Rev.1 GE.21-14142 5 l’apprentissage automatique, du profilage, de la localisation et de la biométrie, notamment la reconnaissance faciale et la reconnaissance des émotions, ont une incidence croissante sur l’exercice du droit à la vie privée et des autres droits de l’homme, notamment du droit à la liberté d’expression, du droit de ne pas être inquiété pour ses opinions, et du droit à la liberté de réunion pacifique et d’association ; 4. (...) Demande à tous les États : a) De respecter et de protéger le droit à la vie privée, y compris dans le contexte des communications numériques et des technologies numériques nouvelles et émergentes ; b) De prendre des mesures pour mettre fin aux violations du droit à la vie privée et aux atteintes à ce droit et de créer les conditions permettant de prévenir ce type de violations et d’atteintes, y compris en veillant à ce que la législation nationale pertinente soit conforme aux obligations que leur impose le droit international des droits de l’homme ; c) De revoir régulièrement leurs procédures, leurs pratiques et leur législation en ce qui concerne la surveillance des communications, y compris la surveillance à grande échelle et l’interception et la collecte de données personnelles, ainsi que l’utilisation du profilage, de la prise de décisions automatisée, de l’apprentissage automatique et des technologies biométriques, dans le souci de défendre le droit à la vie privée en respectant pleinement et effectivement toutes leurs obligations au regard du droit international des droits de l’homme ; d) De faire en sorte que toute mesure prise dans le cadre de la lutte contre le terrorisme et l’extrémisme violent pouvant conduire au terrorisme qui porte atteinte au droit à la vie privée soit conforme aux principes de légalité, de nécessité et de proportionnalité et aux obligations qui leur incombent en vertu du droit international ; e) De veiller à ce que les technologies d’identification et de reconnaissance biométriques, y compris les technologies de reconnaissance faciale, utilisées par des acteurs publics et privés, ne permettent pas une surveillance arbitraire ou illégale, notamment des personnes exerçant leur droit à la liberté de réunion pacifique ; f) D’élaborer ou de maintenir, et d’appliquer, une législation adaptée prévoyant des sanctions et des voies de recours effectives, en vue de protéger les personnes contre les violations du droit à la vie privée et les atteintes à ce droit, notamment celles résultant de la collecte, du traitement, de la conservation ou de l’utilisation illicites ou arbitraires de données à caractère personnel par des particuliers, des administrations publiques, des entreprises ou des organismes privés ; g) D’envisager d’adopter ou de réviser des lois, des règlements ou des politiques pour faire en sorte que les entreprises tiennent pleinement compte du droit à la vie privée et des autres droits de l’homme lorsqu’elles conçoivent, mettent au point, déploient et évaluent des technologies, y compris l’intelligence artificielle, et de permettre aux personnes qui ont pu être victimes de violations de leurs droits ou d’atteintes à ces droits d’accéder à des voies de recours utiles, notamment d’obtenir une réparation et des garanties de non-répétition ; h) De renforcer ou de maintenir, à cet égard, les mesures préventives et les voies de recours contre les violations du droit à la vie privée et les atteintes à ce droit qui, à l’ère du numérique, pourraient toucher chaque personne, y compris lorsqu’elles ont des A/HRC/48/L.9/Rev.1 6 GE.21-14142 conséquences particulières pour les femmes, les enfants, les personnes en situation de vulnérabilité ou les groupes marginalisés ; i) D’élaborer, d’examiner, d’appliquer et de renforcer des politiques tenant compte des questions de genre qui promeuvent et protègent le droit de tous à la vie privée à l’ère du numérique ; j) De donner aux entreprises des orientations efficaces et actualisées en ce qui concerne le respect des droits de l’homme, y compris des conseils sur les méthodes à employer, notamment sur la diligence voulue en matière de droits de l’homme, et la manière de tenir efficacement compte des questions liées au genre, à la vulnérabilité ou à la marginalisation ; k) De s’abstenir d’utiliser les technologies de surveillance d’une manière qui ne soit pas conforme aux obligations internationales en matière de droits de l’homme, notamment à l’égard de journalistes et de défenseurs des droits de l’homme, et de prendre des mesures concrètes aux fins de la protection contre les violations du droit à la vie privée, notamment de réglementer la vente, le transfert, l’utilisation et l’exportation des technologies de surveillance ; l) De promouvoir une éducation de qualité et des possibilités de formation permanente pour tous afin de favoriser, notamment, l’acquisition des connaissances informatiques et des compétences techniques nécessaires à la protection effective de la vie privée ; m) De veiller à ce que les juges, les avocats, les procureurs et autres praticiens concernés du système judiciaire puissent suivre une formation adaptée sur le fonctionnement des technologies numériques nouvelles et émergentes et leur incidence sur les droits de l’homme ; n) De s’abstenir de demander aux entreprises de prendre des mesures qui portent atteinte au droit à la vie privée de façon arbitraire et illicite, et de protéger les personnes contre le tort qui pourrait leur être fait, y compris par les entreprises, du fait de la collecte, du traitement, du stockage et de l’échange de données et de l’utilisation du profilage, de processus automatisés et de l’apprentissage automatique ; o) D’envisager de prendre des dispositions permettant aux entreprises d’adopter volontairement des mesures de transparence appropriées s’agissant des demandes d’accès aux données et informations des utilisateurs privés émanant des autorités publiques ; p) D’élaborer ou de maintenir des lois, des mesures préventives et des voies de recours contre le tort causé par le traitement, l’utilisation, la vente ou la revente ou tout autre partage entre les entreprises de données personnelles, sans le consentement libre, exprès et éclairé des intéressés ; q) De prendre les mesures voulues pour garantir que la conception, la mise en œuvre et l’exploitation des programmes d’identification numérique ou biométrique s’accompagnent des garanties juridiques et techniques appropriées et se déroulent dans le plus strict respect du droit international des droits de l’homme ; r) De redoubler d’efforts pour lutter contre la discrimination résultant de l’utilisation de systèmes d’intelligence artificielle, notamment en exerçant la diligence voulue pour évaluer, prévenir et atténuer les effets négatifs du déploiement de ces systèmes sur les droits de l’homme ; 7.
Langue:Français
Ponctuation: 1090340.9 - https://daccess-ods.un.org/acc...n&DS=A/HRC/48/L.9/REV.1&Lang=F
Source de données: ods